Partagez | .
 

 birds of prey ♔ hawkeye

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
HEROES
the world's changing



ÂGE : 23 Y.O.
OCCUPATION : COLLEGE STUDENT, DEAD SUPERHERO

PARTICULARITÉS :

RED HAWK
〖アバター 四十二〗
sentient exosuit
superhuman abilities
self-propelled flight

secret identity



MESSAGES : 29
AVATAR : Dacre Montgomery
INSCRIPTION : 30/01/2018
MULTICOMPTES : Axel Howell, Jason Harper

MessageSujet: birds of prey ♔ hawkeye   Jeu 20 Déc - 20:24



BIRDS OF PREY

[00:10 A.M || 8°C]

Giovanni Martoni, quarante-sept ans, dix-huit procès pour trafics de drogues, reventes d’armes, et un bon paquet de meurtres. Des liens avec la mafia russe, italienne, tchèque et même les yakuza. Un type inquiétant, un type détestable au possible. Mais aussi un type avec de l’influence, toutes les accusations et tous les procès se sont terminés sans aucune conséquence pour lui, il est toujours parvenu à s’en sortir sans devoir faire face à la justice. Quelque chose d’horriblement insupportable pour qui que ce soit. Et personne ne semble véritablement décidé à faire quelque chose contre ce déchet de la société, ce monstre. Plongé dans son dossier, qu’il était parvenu à récupérer assez difficilement, Derek s’en serait presque arraché les cheveux. Toutes ces manigances de corruption et d’influence le rendaient fou, il ne pouvait pas comprendre – et ne voulait pas, de toute façon – comment et pourquoi un type aussi horrible que lui puisse continuer à agir impunément. Comme s’il n’avait jamais rien fait de mal, comme si la justice se fichait complètement de lui. Comme si le reste de la ville se plaisait à laisser un nombre incalculable de criminel dans les rues, sans jamais se soucier de la sécurité des citoyens ou sans jamais se décider à agir. La loi était une barrière impénétrable à certains moments, on ne pouvait pas faire la justice soi-même, en principe, mais c’était là que les supers-héros servaient à quelque chose, c’était là qu’ils étaient les seuls à pouvoir combattre la corruption et les entraves légales qui mettaient un terme à la véritable justice, celle qui était impartiale, celle qui avait raison. Pas celle qu’on pouvait acheter et tordre comme bon nous semblait. En laissant échapper un long soupir et en vidant le fond de son dixième café, Derek ferma un moment les yeux, pensif. Il fallait qu’il fasse quelque chose. Martoni était un furoncle sur la face de la ville. Un monstre et un pourri. Il fallait qu’il fasse quelque chose. Si la justice ne le pouvait pas, si la police ne voulait pas, alors il allait s’en charger. Lui. Red Hawk. Et personne ne viendrait l’en empêcher. Justice devait être faite.

Derek avait quitté son appartement en pleine nuit, silencieusement et discrètement. Même si un jeune homme de son âge qui sortait à n’importe quelle heure du jour et de la nuit n’aurait sans doute pas éveillé grand soupçon, il savait que le moindre regard aurait trahi ses intentions. Son visage resserré par la colère et l’impatience lui aurait fait défaut. Il n’était pas aussi bon menteur qu’il pensait. S’évadant jusque dans une ruelle adjacente, il aurait pu s’arrêter là, se changer en Red Hawk, mais il fallait qu’il fasse montre d’un peu plus de discrétion pour trouver Martoni. Il était aussi intelligent qu’il était corrompu et paranoïaque. Un type en armure rouge brillante aurait été trop évident. Et puis il ne pouvait de toute façon pas agir sans devoir se forcer à le filer pendant au moins un petit moment, Martoni était toujours entouré par des gardes du corps, et si les informations que Derek avait pu récupérer ne se trompaient pas, il avait quatre gardes du corps. Il fallait donc qu’il se débrouille pour isoler Martoni de ses gardes afin de pouvoir agir sans perdre de temps à les affronter et laisser à cette pourriture la moindre chance de s’échapper. Et avant de pouvoir l’isoler, Derek n’avait pas d’autre choix que d’attendre, et attendre. C’est pour ça qu’il avait pensé à se trouver une voiture, pas la sienne, trop facile de le retrouver ensuite ; dans laquelle il perdrait son temps à attendre, suivre Martoni, et espérer le moment opportun.

[02:32 A.M || 5°C]

Il avait attendu pendant un peu plus de deux heures, et la fatigue commençait à le marteler, malgré les nombreux cafés qu’il avait ingurgité avant de partir. Recroquevillé sur son siège, les bras serrés contre lui-même, Derek sentait son regard s’alourdir. Il se sentait s’assoupir au fond de son siège peu confortable, à regarder dans la direction de l’entrée de la boîte de nuit fétiche de Martoni. Mais toujours rien, pas la moindre trace du criminel. « Putain, mais qu’est-ce qu’il fout… » soupira Derek longuement, se passant une main sur le visage et laissant sa tête basculer contre l’appui-tête de son siège, fatigué. Et finalement, après tant de temps à l’attendre, Derek se redressa soudainement en apercevant la limousine blanche de Martoni, les quatre gardes du corps sortant les premiers et formant une véritable barrière autour du criminel, tandis que celui-ci avançait sans gêne et sans crainte jusqu’au videur qui le laissa entrer sans aucune hésitation. Sans avoir besoin de tenter sa chance, Derek savait qu’il ne serait pas le bienvenu ce soir-là. Et plutôt que de perdre son temps à malgré tout insister pour qu’on le laisse entrer, il décida que c’était le moment d’agir et de faire quelque chose. Il quitta la vieille voiture de location et s’échappa vers un endroit plus à l’abri des regards, une allée obscure à quelques mètres de l’Erebus, là-bas, il se laissa revêtir son armure à travers son corps, frissonnant au contact glacé qu’avait l’alliage sur sa peau avant de lever la tête et de se hisser d’un simple bond jusqu’au toit d’un bâtiment à proximité. Posté à cet endroit, il attendrait de voir Martoni et ses gardes du corps ressortir du club pour agir. Plus il y pensait, et plus il réalisait qu’il n’aurait pas vraiment d’autre choix que de devoir se salir les mains et qu’il serait très improbable qu’il parvienne à isoler Martoni de toute façon.

Tendu, Derek respirait longuement, intensément, son souffle cependant complètement masqué par son armure, qui lui assurait au moins cette discrétion là, quoiqu’à cette hauteur, de toute façon, personne ne l’aurait entendu soupirer d’impatience ou d’anxiété. Les yeux plantés sur la sortie de l’Erebus, Derek continuait d’attendre, concentré et déterminé à rendre justice et s’occuper du cas de Martoni. Il avait l’impression de ne pas faire assez des pouvoirs qui lui avaient été offerts depuis quelques années maintenant, et d’une certaine façon, il fallait qu’il réussisse à se prouver à lui-même qu’il les méritait vraiment. Toutes ces occasions qui s’étaient présentées à lui durant lesquelles il n’avait pas osé agir pour protéger son identité et durant lesquelles il n’avait pas pu faire quoi que ce soit d’autre que laisser ce groupe de mutants se charger de tout, ça lui était restait en travers de la gorge. Non pas qu’il leur en voulait à eux, mais il s’en voulait à lui-même très certainement, et sans aucun doute. Peut-être même un peu trop, à un point qui le poussa à devenir un peu trop vindicatif dans sa façon d’être un héros. Auparavant, il ne se serait jamais permis d’agir de cette façon, il avait longtemps eu l’habitude de laisser la justice faire son travail, ou de laisser les autres héros, comme les Fantastiques ou Spider-Man, se charger du reste. Mais cette fois-ci, c’était à lui de s’en charger, Red Hawk allait imposer sa présence et faire comprendre à la pègre new-yorkaise qu’elle n’avait véritablement pas sa place en ville. Tant pis si ça devait aller contre la loi elle-même. Il savait que ce qu’il s’apprêtait à faire était une décision juste et louable. Redressant la tête lorsqu’il entendit une porte s’ouvrir, Derek chercha du regard l’origine du bruit et parvint à y trouver Martoni. Il n’était accompagné que d’un seul de ses gardes du corps, une aubaine pour Derek qui d’un bond traversa l’espace entre le bâtiment sur lequel il était perché pour atteindre le toit de l’Erebus. Attendant que le garde ne soit plus en face de Martoni, Red Hawk bondit une nouvelle fois, cette fois derrière le garde et l’attrapa par la gorge d’un geste rapide et silencieux, qui était suffisamment fort et imposant pour facilement neutraliser le garde du corps.

Cependant, sans discrétion aucune, Red Hawk laissa tomber le garde du corps au sol et fit sursauter Martoni, qui n’était sorti que pour passer un coup de téléphone. Se retournant les sourcils froncés, la silhouette rouge  de Red Hawk s’approchant les poings serrés. « C’est fini Martoni. lança-t-il, la voix rauque et grave, Tu ne t’échapperas plus. »


_________________




RED HAWK








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thegifted.forumactif.org/t141-gotta-learn-to-let-go-red-h

birds of prey ♔ hawkeye

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE GIFTED :: it's a wild world :: new york :: staten island :: the erebus-