Partagez | .
 

 take your time (drew)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
X-MEN
the world needs us



ÂGE : Vingt-quatre ans.
OCCUPATION : Membre des X-Men, White Team.

MESSAGES : 46
AVATAR : Matthew Daddario.
INSCRIPTION : 29/10/2017

MessageSujet: take your time (drew)   Dim 29 Oct - 2:28


Andrew Stewart
Ft. Matthew Daddario

identité
Nom et Prénom(s): Andrew -Drew- Aaron Elvis Stewart. Alias: Paradox, The Time Lord, Tick Tock. Âge: Vingt-quatre ans. Lieu de naissance & nationalité: Le jeune homme est né dans le quartier de l'Upper East Side, au sein de Manhattan, à New York. Il est donc Américain. Métier: Membre de la White Team au sein des X-Men. Statut Civil: Célibataire. Orientation Sexuelle: Homosexuel. Affiliation: X-Men.

Groupe: Homo superior.

a time for heroes
Chronokinésie, le contrôle du flux temporel.

Drew est capable de manipuler le cours du temps à sa guise, selon quelques limitations tout de même. Pour commencer, il n'est pas en mesure de voyager dans le passé ou dans le futur, de même que dans les différents univers temporels autres que le sien. Il peut cependant agir directement sur le temps afin de le ralentir, l'arrêter, l'accélérer ou encore le courber pour se déplacer à un point donné (le temps étant intimement lié à l'espace). Le pouvoir de Drew lui permet d'être en phase avec le temps lui-même, ce qui signifie que les pouvoirs qui agissent sur la perception temporelle ne fonctionnent pas sur lui. A l'avenir, il pourra piéger ses adversaires dans des boucles temporelles, ériger des barrières temporelles pour se protéger des projectiles, réparer des objets en les rajeunissant ou les détruire en les vieillissant, "reboot" une zone pour la remettre à son état normal (seulement la matière inorganique) et ressentir les anomalies temporelles. Le jeune homme contrôle plus ou moins sa mutation, ce qui l'empêche de l'utiliser à son plein potentiel. Actuellement, Drew est seulement capable de ralentir et d'arrêter le temps dans un périmètre donné, plus ou moins grand selon sa fatigue mentale et physique.

Il possède un gadget mis au point par le mentor de son équipe, Hank McCoy, alias Le Fauve. Ce dispositif, qu'ils appellent la synchronized watch, lui donne des informations sur le temps qui passe pendant qu'il est figé (alors que les autres montres s'arrêtent) ainsi que diverses données plus ou moins utiles.

the interview
Quelle est la pire chose que vous ayez faite dans votre vie ?
Je n'ai jamais été un enfant de coeur, mais je n'ai jamais désiré faire du mal aux autres. Jamais, sauf cette triste nuit où j'ai involontairement (et encore, je pense que c'était volontaire sur le coup) provoqué l'accident de voiture qui a tué mon grand-frère. On s'aimait pas. Enfin, lui, il m'aimait. Sans doute trop. J'ai jamais apprécié son comportement envers moi, cette façon qu'il avait de me materner et de me faire passer pour une princesse en détresse. Il était tout le temps sur mon dos. Tout le temps. Pire, c'était le fils prodige de la famille. Moi, j'étais ce gosse un peu rebelle qui enchaînait les conneries. Evidemment, les parents reportaient toute leur frustration sur moi. Mais un jour, j'ai craqué. On était en voiture, tous les deux. Il me racontait que je pouvais changer, qu'il n'était pas si parfait que ça, qu'il avait ses lacunes et qu'il ne comprenait pas pourquoi j'étais si distant, si réfractaire à l'idée de passer du temps avec lui. J'ai éclaté de rire sur le coup. Il avait tout. TOUT. Une fiancée magnifique, une superbe baraque, un gosse adorable et l'amour inconditionnel de nos parents. Et moi dans tout ça ? Je n'étais qu'un gosse de riche incapable de vivre sa vie sans gâcher celle de mon entourage. Mais quand il m'a raconté qu'il était fier de moi, j'ai explosé. Fier de quoi, même ? Bref, j'étais au volant, plus en colère que jamais. Alors qu'il me racontait toutes ces conneries, j'ai accéléré. Pour lui faire peur, pour qu'il arrête de me faire croire qu'il tenait à moi alors qu'il faisait ça seulement pour s'entendre parler. Un camion s'est ramené en face, au détour d'un virage. J'étais déjà un mutant à cette époque, je contrôlais plus ou moins mes pouvoirs. J'étais parfaitement capable de le ralentir, ce putain de camion. Mais j'ai rien fait. Je me suis réveillé quelques jours plus tard, allongé dans un lit d’hôpital. Mon frère était mort, et mes parents me détestaient encore plus.
Quelles sont les choses qui vous font le plus peur ?
Ma plus grande peur, c'est l'abandon, le rejet, l'indifférence. Je déteste ça. Je sais que je fais tout pour éloigner les gens de moi, que je ne suis qu'un petit con prétentieux qui regarde les autres comme s'ils étaient des saletés incrustées sous ma chaussure et que j'ai tendance à repousser ceux qui m'approchent. C'est plus fort que moi. Mais si je fais ça, c'est pour éviter qu'ils m'abandonnent. Ouais, j'ai vraiment besoin d'une psychothérapie. Je me conforte dans mon comportement sans penser à le changer, alors que ça pourrait tout arranger. Mais qui sait, je vais peut-être trouver une personne digne d'intérêt et de confiance qui saura me faire prendre conscience que tout le monde n'est pas aussi cruel que je le pense. Que voulez-vous, les vieilles habitudes ne s'arrêtent pas aussi facilement.
Avez-vous des regrets ?
Des tas, la mort de mon frère en tête de liste. Je m'en veux aussi d'avoir fait croire des choses à ma copine de l'époque. Cassandra, Cassie, une fille que j'appréciais énormément. Mais pas assez. Je sais pas pourquoi je me suis obstiné à vouloir l'aimer comme elle m'aimait alors que j'étais attiré par les garçons, leur musculature, leurs baisers virils et leur voix grave. Lorsqu'elle m'embrassait, avec sa langue mouillée et son haleine mentholée, je fermais les yeux, pas pour profiter de l'instant présent mais pour m'évader ailleurs, pour oublier qu'elle était dans mes bras. C'est horrible, je sais. Mais j'ai continué pendant deux ans. Jusqu'à ce que nos familles organisent un mariage entre nous. Elle était folle de joie, moi beaucoup moins. C'est encore courant les mariages arrangées de nos jours, dans les familles comme la mienne. Mon aîné étant mort, c'était désormais à moi d'assurer la continuité de la famille Stewart. J'ai tenté d'annuler, mais mon père s'est contenté de m'en mettre une en me criant que je pouvais bien faire ça après ce que j'avais fait à Josh. Je suis jamais venu à l'autel. J'ai pris ma voiture et je me suis barré le plus loin possible. Jusqu'à Brooklyn. Ok, c'est pas si loin, mais imaginez-moi, habillé de mon costard Prada hors de prix, marcher dans les rues sales de ce quartier minable. C'était risible. J'ai jamais eu de nouvelles de ma famille et de Cassie après ça. Pour eux, c'était la goutte d'eau de trop. Pour elle, c'était une infâme trahison, l'une de celle qu'elle ne pouvait pas encaisser.

Le gouvernement se montre solidaire avec les mutants,
mais pensez-vous que c'est vraiment le cas ?

Absolument pas. Mon père est politicien, je sais comment les gens comme lui se comportent. Ils promettent des choses sans jamais tenir leur parole. Les humains ne changeront jamais. Ils finiront par se retourner contre les mutants, comme ils le font toujours. Les mutants sont toujours au cœur de toutes les polémiques. Ils sont une épine dans le pied du gouvernement qui ne sait pas comment la retirer, que ce soit en douceur ou par la force brute.
Et vous, qu'est-ce que vous en pensez des mutants ?
Les mutants sont des personnes comme les autres, sauf qu'ils possèdent tous des pouvoirs incroyables. Mais ils aiment, mangent, respirent et vivent comme n'importe quel être humain. Alors quand j'entends ces derniers dire qu'on est des monstres, qu'on provoque des accidents et qu'on est dangereux, j'ai tendance à rigoler. On en parle de tous les accidents causés par les humains, de tous les psychopathes et des tarés qui polluent leurs rangs ? Lorsqu’un adolescent découvre sa mutation, il ne change pas de mentalité du jour au lendemain, il ne devient pas dangereux simplement parce qu'il possède des pouvoirs. Un pouvoir, c'est comme une arme à feu, chacun l'utilise différemment, pour se défendre, pour tuer ou pour semer le chaos. Dire que tous les mutants sont dangereux, c'est comme dire que toutes les blondes sont idiotes. Ça n'a pas de sens, regardez Emma.
On parle beaucoup moins des augmentés (super-héros/super-vilains),
que pensez-vous d'eux ?

C'est compliqué. Je n'ai rien contre eux, en soi. Mais l'hypocrisie qui règne autour d'eux me rend malade. Les humains semblent les accepter plutôt bien, allant même parfois jusqu'à les aduler. Mais bordel, ils ont des pouvoirs, eux-aussi. C'est quoi le délire ? Sous prétexte qu'ils ne sont pas nés avec, tout va bien ? Je reste donc assez méfiant envers eux, sans trop savoir où ils se placent. Ils ne sont pas vraiment humains, mais ce ne sont pas des mutants pour autant. J'imagine que c'est difficile pour eux, d'être sur un fil, sans vraiment savoir où tomber.
Et l'homo sapiens, dans tout ça, où se situe-t-il ?
Je ne vais pas jusqu'à dire que Magnéto a raison, mais je pense que son idéologie suprématiste n'est pas si mauvaise que cela. Je suis contre la violence dont il fait preuve et j'estime que les mutants ne doivent pas se mettre en guerre contre l'humanité, mais je pense que les mutants n'ont pas non plus à tendre l'autre joue sans même riposter. Xavier fait ce qu'il peut, je sais que son rêve de cohabitation est beau, mais il est excessivement utopiste. Trop utopiste. Son inactivité risque de provoquer encore plus de chaos que l’extrémisme de son ennemi juré. Quoiqu'il en soit, je lui reste loyal et fidèle, parce qu'il est le seul à croire à mon potentiel. Le seul à penser que je peux faire quelque chose de ma vie. Alors je suis ses ordres, sans jamais les remettre en cause. Je protège aussi bien les mutants que les humains. C'est ça, d'être un X-Men. On se bat pour protéger les gens, même lorsqu'ils nous détestent. Qu'importe leur race, leur couleur, leur orientation sexuelle et tous les autres trucs qui rendent chaque personne unique.

IRL
Pseudo/Prénom : Brrrr. Âge : Vieux. Genre (♂|♀|⚧...) : Boys, boys, boys. Fréquence de connexion : Souvent là. Comment avez-vous trouvé le forum : PRD, j'crois. Qu'en pensez-vous : Il est boooooo. Crédits : Ilyria et tumblr.



Dernière édition par Andrew Stewart le Lun 30 Oct - 18:39, édité 21 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thegifted.forumactif.org/t50-take-your-time-drew#134
avatar
X-MEN
the world needs us



ÂGE : Vingt-quatre ans.
OCCUPATION : Membre des X-Men, White Team.

MESSAGES : 46
AVATAR : Matthew Daddario.
INSCRIPTION : 29/10/2017

MessageSujet: Re: take your time (drew)   Dim 29 Oct - 2:30



HISTOIRE

Until we go down.
« Andrew, descends de ta tanière, ton frère est arrivé. » Et merde, le retour du fils prodige à la maison. Ça soûle, il va encore raconter ses exploits, dire qu'il va bientôt se marier avec sa suuuuuper nouvelle copine trop canon et qu'il va signer un gros contrat dans une suuuuuper équipe de basket. Je vais devoir supporter le regard fier de papa durant des jours et la voix criarde de ma mère qui ne va pas arrêter de dire qu'elle l'aime et qu'elle est très fière de tout ce qu'il a fait jusqu'à présent. Personnellement, j'en ai absolument rien à foutre de voir cet enfoiré qui me vole toute l'attention que JE mérite. Curieusement, papa et maman sont toujours absents et quand Josh débarque à la maison, ils annulent tous leurs rendez-vous pour passer du temps avec lui. Et moi, quand est-ce qu'on annule des trucs importants pour me voir ? JAMAIS. Je soupire en mettant en pause le film que je suis en train de regarder sur l'ordinateur et je descends les escaliers sans vraiment me presser. Je débarque dans le salon, levant à peine les yeux vers mes parents et vers ce frère que je déteste tant. Ce mec est parfait. Depuis qu'on est petit et qu'on pratique certains sports ensemble, monsieur remporte toujours les parties comme si c'était inné chez lui. « Salut Andrew, tu viens pas me dire bonjour ? » Je lève la main, lui offrant mon plus joli fuck avant de m'installer dans le canapé pour me servir un verre de vodka. Ma mère me fusille du regard alors que mon père éclate d'un rire jaune. « Toujours aussi adorable... » Darwin, notre berger allemand, trottine vers moi avant de se jeter sur mes genoux, les yeux posés sur le caviar posé juste devant moi. Bordel, dans quelle famille on sert du caviar à l'heure de l'apéro ? J'en attrape un peu avant de les donner à  Darwin qui semble se régaler. Mon père lève un sourcil, signe qu'il ne vas pas tarder à intervenir. « Andrew, tu penses que j'ai acheté le meilleur caviar d’Asie juste pour nourrir ton chien ? » Tout de suite les mots grandiloquents. Le meilleur caviar d'Asie mon cul, on trouve les mêmes au supermarché du coin. « J'sais pas, t'en mange bien, toi ». Gros silence de mort, on entend même les mouches voler. Je sais que je suis parfois trop insolent mais là, je craque. Il ne m'a pas vu depuis des semaines et il me reproche de donner du caviar à mon chien sans me demander comment je vais, logique. « Excuse-moi mais tu sais, quand t'es pas là, donc presque tout le temps, Darwin mange des crevettes grises et du saumon fumé d’Écosse. » Il se lève, s'approche de moi avec lenteur et il me décroche la baffe la plus bruyante du monde. Je lève les yeux sur lui avant de me mettre debout et je cours dans le salon pour rejoindre ma chambre, tout en claquant la porte d'un coup sec. Je m'écroule sur mon lit, le visage dans mon oreiller, et je hurle comme j'ai jamais hurlé avant. Je pleure, pas parce que j'ai mal mais parce que je suis vexé. Me prendre une baffe de mon père à seize ans c'est la honte. Mais pire, j'ai encore prouvé à mon débile de frère que j'étais qu'un looser qui n'allait jamais réussir sa vie.

Je sursaute lorsque quelqu'un frappe trois coups sur la porte et avant même que je puisse me lever pour fermer le verrou, Josh entre, une petite grimace sur les lèvres. Il s'approche de moi et s'installe à mes côtés, me caressant les cheveux avec sa main d'un geste fraternel. « Je sais ce que tu penses de moi Andrew. Que je suis le mec parfait qui sait tout faire et qui réussit tout ce qu'il entreprend. Dans le fond, c'est vrai. Mais je travaille dur, tu sais. Je dois me battre pour posséder tout ce que j'ai. » Et ? Franchement, j'en ai rien à foutre des efforts qu'il fait pour être parfait, lui il l'est au moins. Il ne doit pas supporter l'absence de ses parents, une solitude qui s’accroît au fil des jours... il a tout ce qu'il veut. Une villa magnifique, une fiancée canon, un métier super et des tas d'amis. Moi j'ai quoi ? Plein d'argent que je dois à mes parents, une maison d'enfer que je dois elle aussi à mes parents et un chien idiot qui bouffe du caviar. « Je suis fier de toi, tu sais. Je suis fier d'être ton frère et je sais qu'un jour, tout finira par aller bien pour toi. » Mais bien sur, monsieur perfection affirme qu'il est fier de moi, c'est ça. Je le déteste, j'ai juste envie qu'il dégage. Qu'il retire sa sale main de ma tête et qu'il crève. Ouais, j'ai envie qu'il crève. C'est extrême, mais c'est comme ça. Je le pense sur le coup. Je me redresse et je plonge mes yeux d'acier dans les siens. Un ange, on dirait un ange. « Dégage Josh. Juste dégage. J'ai pas envie de tes compliments, pas envie que tu me rabaisse sans cesse en montrant que je suis qu'un gros débile qui ne t’arrive pas à la cheville. Je sais que tu fais exprès de te comporter comme ça, juste pour m'enfoncer. Dégage de ma chambre, connard. » Il m'adresse un regard malheureux avant de se lever et de quitter ma chambre, refermant doucement la porte.

J'ai juste envie de casser quelque chose, de broyer ses os et d'en faire de la poussière. J'entends la porte d'entrée claquer, tandis que ma mère semble appeler Josh par la fenêtre. Rapidement, je regrette mon comportement. J'attrape mon manteau, je fonce au garage en dévalant les escaliers et je sors de ma poche les clés de mon Audi R8 fraîchement repeinte. Je m'installe à son bord et j'allume le contact d'une main légèrement tremblante. Je sors ensuite en trombe du garage tandis que je recule dans l'allée afin de tourner à droite pour longer la route. Au bout de quelques minutes, je croise Josh, qui court à une vitesse démentielle. J'avais oublié à quel point il courrait vite. Sinon, il a un défaut ce type ou bien ? Je baisse ma fenêtre dans l'optique de l’interpeller. « Josh, je suis désolé, monte, on va faire un tour, ça va nous changer les idées. » Il s’exécute malgré sa surprise, attache sa ceinture et claque la portière. J'appuie alors sur la pédale d'accélération, fonçant tout droit vers une destination inconnue. Il faut oublier, il faut régler le problème entre nous. Je tourne légèrement à gauche, pour prendre le virage, quand un camion surgit juste devant moi, je freine, mais c'est trop tard. Le camion percute le côté passager de la voiture et envoie mon Audi contre une balustrade censée protéger les voitures d'une chute de plusieurs mètres. La rambarde, pas assez résistante, s'écroule et force le véhicule à tomber en direction du vide. Les tonneaux s’enchaînent tandis que Josh hurle. Ma tête percute finalement le volant alors que les ténèbres m'envahissent.
Game of survival.
Le réveil, c'est toujours douloureux. Surtout quand tu viens d'avoir un accident de voiture et que ta tête s'est fracassée contre le volant. J'ai l'impression d'avoir un mal de crâne énorme et je sens quelque chose dans mon bras, sans doute l'aiguille de la perfusion. Je ne sais même pas depuis combien de temps je suis là, allongé sur ce lit d’hôpital. La porte s'ouvre soudain et je ferme les yeux, faisant semblant de dormir. Une infirmière entre pour vérifier que tout va bien et elle repart presque aussitôt, sans même vérifier mes constantes. Ok. Je me replonge dans un sommeil bienfaiteur, sans vraiment savoir où je suis, quel jour on est et qui vient me voir quand je suis inconscient. Lorsque j'ouvre mes yeux à nouveau, je remarque la présence de ma mère qui est assise sur un fauteuil situé à côté de mon lit. Elle me parle, mais comme elle pleure en même temps, je comprends rien du tout. Je lui lance un regard en coin tout en attrapant sa main pour lui montrer que je suis réveillé. « Comment il va ? » Je parle de Josh, évidemment. Je ne sais pas ce qui lui est arrivé, je ne sais même pas si lui aussi se trouve dans un lit d’hôpital, tout comme moi. Ma mère bouge la tête de droite à gauche, comme si elle luttait contre l'envie de pleurer. « Il est... » Il est mort, assurément. Une expression d'horreur s'éternise sur mon visage blafard. Il est mort et il ne reviendra pas. Et dire que c'était ce que je voulais, juste avant l'accident. Maintenant, je n'ai qu'une envie, remonter le temps pour le sauver. Malheureusement, je n'ai pas ce pouvoir. Mon père entre soudain dans la pièce et de suite, ma mère s'arrête de pleurer. Elle se lève, caresse furtivement l'épaule de mon père et quitte ma chambre sans un mot. Papa s'installe sur la chaise présente non loin de moi, fuyant mon regard. « Tu peux rêver pour avoir une nouvelle voiture. J'ai engagé un chauffeur qui est payé vingt-quatre heures sur vingt-quatre pour te conduire là où tu veux. Je t'interdis de conduire une voiture. J'ai honte de toi Andrew, tellement honte. » Quel enfoiré. Je viens d'avoir un accident, j'ai tué mon frère et lui il m'engueule ? Sérieusement ? Je me lève difficilement, cherchant son regard qui s'acharne à me fuir. « Va te faire foutre. T'es juste dégoûté parce que ce n'est pas lui qui est à ma place. Le fils prodige est mort et il ne te reste que moi. Comment tu vas réussir à vivre avec ça ? » Il se jette sur moi et entoure mon cou avec ses mains rugueuses. Il me regarde dans les yeux, je peux y lire toute la haine qu'il ressent à cet instant précis. Je vais crever dans ce lit d’hôpital, assassiné par mon propre paternel. Alors que l'air commence vraiment à me manquer, la porte s'ouvre à la volée et dévoile la silhouette de ma mère, plus alarmée que jamais. « Lâche-le Elvis, lâche-le. Ce n'est pas de sa faute. » Bien sûr que c'est de ma faute. Elle parvient à le faire lâcher prise et je respire à nouveau tandis que des étoiles dansent devant mes yeux. Je l'ai mérité. Sa colère. Son envie de me tuer. Plus rien ne sera plus jamais pareil. Je dois partir, m'éloigner le plus possible de cette famille dans laquelle je n'ai plus ma place. J'ai besoin de me reconstruire, de me reprendre en main. Je dois prendre mes responsabilités et assumer mes actes. Les mots d'un prospectus d'un institut pour jeunes surdoués défilent dans ma tête, comme un signe envoyé par le ciel. Peu avant l'accident, j'ai reçu la visite d'un professeur de l'institut Xavier, un centre qui accueille les jeunes mutants. Sur le coup, j'ai refusé d'y aller. Je ne voulais pas m'enfermer dans le communautarisme mutant. Mais aujourd'hui, tout est différent. Je n'ai nul part où aller. Cet institut n'est peut-être pas le remède à mes problèmes, mais c'est la seule solution qui me vient en tête. Le dernier espoir qu'il me reste. Je n'ai plus envie d'être ce mec en colère contre le monde entier. Je veux faire mes preuves et aider les autres, comme Josh le faisait. Je lui dois au moins ça.



Dernière édition par Andrew Stewart le Lun 30 Oct - 18:32, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thegifted.forumactif.org/t50-take-your-time-drew#134
avatar
X-MEN
the world needs us



ÂGE : 23 ans
OCCUPATION : Axel est un X-Men de l'équipe Red.

MESSAGES : 113
AVATAR : Logan Lerman
INSCRIPTION : 12/08/2017

MessageSujet: Re: take your time (drew)   Dim 29 Oct - 3:07




Bienvenuuuuuue

Si t'as des questions, je suis lààà

_________________


⋄ a thousand suns within ⋄

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thegifted.forumactif.org/t21-hyperion-little-boys-don-t-c
avatar
X-MEN
the world needs us



ÂGE : Vingt-quatre ans.
OCCUPATION : Membre des X-Men, White Team.

MESSAGES : 46
AVATAR : Matthew Daddario.
INSCRIPTION : 29/10/2017

MessageSujet: Re: take your time (drew)   Dim 29 Oct - 13:37

Merci beaucoup Axel

_________________
paradox

le temps, c'est de l'argent.
FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thegifted.forumactif.org/t50-take-your-time-drew#134
avatar
PNJ


MESSAGES : 127
INSCRIPTION : 01/09/2016

MessageSujet: Re: take your time (drew)   Lun 30 Oct - 18:58



Félicitations !

On aurait presque pitié pour ce petit con J'l'aime bien


______

Woooh ! Ta fiche correspond à nos attentes, elle est donc validée !

Bienvenue parmi nous
Et bonne chance chez les Homo Superior  

Maintenant que ça c'est fait, il te reste un tout petit peu de choses à faire encore, avant de vraiment pouvoir prendre ton pied avec nous, il faut aller recenser ton personnage Tu peux d'ores et déjà aller poster ta fiche de liens et de topics et même une chronologie si le cœur t'en dit

Si ton personnage a un petit chez lui bien agréable quelque part en ville, il faut aller le demander par ici et s'il est vraiment trop à la page, il a sans doute un compte instagram

Enfin, si tu as des idées bien précises et que tu aimerais créer un scénario, pour un lien important avec ton personnage, c'est par là qu'il faut se diriger !  

En espérant que tu kiffes à donf ton séjour sur le forum
 



Dernière édition par CEREBRO le Mer 1 Nov - 15:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
X-MEN
the world needs us



ÂGE : Vingt-quatre ans.
OCCUPATION : Membre des X-Men, White Team.

MESSAGES : 46
AVATAR : Matthew Daddario.
INSCRIPTION : 29/10/2017

MessageSujet: Re: take your time (drew)   Lun 30 Oct - 19:01

Un petit con en pleine rédemption, il fait ce qu'il peut
Merci en tout cas, je vais faire tout ça de suite !

_________________
paradox

le temps, c'est de l'argent.
FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thegifted.forumactif.org/t50-take-your-time-drew#134
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: take your time (drew)   

Revenir en haut Aller en bas

take your time (drew)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE GIFTED :: time for heroes :: fiches de présentation :: présentations validées-