Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | .
 

 ☓ CONTEXTE DU FORUM

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


MESSAGES : 71
INSCRIPTION : 01/09/2016

MessageSujet: ☓ CONTEXTE DU FORUM   Sam 12 Aoû - 19:03



PROLOGUE



« It's the greatest gift we have: to bear their pain without breaking. »
Il y a 44 ans, l'homme découvrait que ses frères mutants existaient, que l'humanité était plus complexe et plus mystérieuse que tout ce dont il aurait pu rêver. L'homme découvrait qu'il n'était plus seul, qu'il n'était plus le maître de son évolution, mais rien d'autre qu'un chaînon, comme ses prédécesseurs, et qu'un autre allait le remplacer un jour : l'homo superior.

L'humanité n'a jamais été capable d'accepter le changement à bras ouverts, l'homme a toujours eu peur de ce qu'il ne pouvait ni contrôler ni dompter. Il s'est toujours pensé supérieur, et au-dessus de tout, il a toujours cru qu'il était le maître de son univers, mais lorsque les mutants furent révélés au monde entier, toute cette arrogance et toute cette certitude furent réduits à néant. Et sans surprise, le monde entier commença à développer cette attitude détestable et vindicative contre tout ce qui n'était pas normal ou ordinaire, des années de ségrégations desquelles ils n'eurent rien appris se répétèrent.

Car même si Bolivar Trask et ses sentinelles finissaient leurs jours dans l'oubli, le reste du monde n'oublia pas les évènements de 1973.

La voix du sénateur s'était élevée et, avec insistance, il avait répété ses arguments, tous animés de colère autant que de terreur ; mais une terreur secrète et dissimulée, qui pourtant était évidente aux yeux de certains. En particulier à ceux du Professeur Xavier, qui, depuis une pièce réservée aux visiteurs, écoutait les discussions houleuses de ces politiciens effrayés et déterminés. Silencieux et attentif, ne manquant pas un seul instant de ce qui se déroulait devant ses yeux, Charles était calme et serein. L'air sûr de lui malgré la véhémence avec laquelle certains des hommes en contrebas s'exprimaient, furieux et colériques. Leur débat n'était pas neuf et, encore une fois, la question des mutants refaisait surface. Mais comme à chaque fois, le débat n'eut pas de fin, ni de solution, et le projet de loi fut encore une fois rejeté.

Une fois la session ajournée, Charles quitta la pièce. Il était rassuré, malgré tout, la peur d'une loi qui viserait à mettre en péril la sécurité de ses élèves l'inquiétait grandement, même s'il ne le montrait pas. « Combien de temps avant qu'ils ne se décident, Charles ? l'interpella une voix au loin, les bras croisés dans son dos et l'allure droite et fière, il s'approcha du Professeur et le salua d'un signe de tête. Visiblement surpris de le voir ici, le Professeur fronça les sourcils avant de répondre, —Tu sais comme moi que ça n'arrivera pas, Erik. Pas tant que tout ira bien. le visage d'Erik se fendit d'un sourire, et il continua, —C'est bien ça le problème, mon ami. Les choses ne vont pas. Tôt ou tard, ils nous tomberont dessus comme ils l'ont déjà fait, comme ils le feront toujours. Qu'il s'agisse de tes élèves, des miens, ou des autres. Ils finiront par s'en prendre à nous. » Charles soupira, secouant brièvement la tête et détourna son regard d'Erik.

« J'espère que tu te trompes, mon vieil ami... » avait soupiré Charles, de nouveau seul.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☓ CONTEXTE DU FORUM

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
THE GIFTED :: origin story :: pluzin-
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet